Mot du Directeur Général

La CICA-RE est un Réassureur Communautaire de la Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurances (CIMA) en activité depuis 34 ans.

En effet, la CICA-RE a été créée en 1981 par les Etats Membres de la « Conférence Internationale des Contrôles d’Assurances (CICA) », devenue depuis la signature du Traité CIMA, la « Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurances » en 1992.

Aux côtés des Etats fondateurs, figurent désormais dans l’actionnariat de la compagnie cinquante-neuf (59) Compagnies d’Assurances et de Réassurance, ainsi que deux (02) Institutions Financières chargées du développement à savoir : la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) et le Fonds de Solidarité Africain (FSA).

La CICA-RE qui a démarré ses opérations techniques sur l’ensemble des marchés des Etats Membres à effet du 1er Janvier 1984, a toujours connu une exploitation bénéficiaire, renforçant ainsi sa notoriété d’année en année.

 

Aujourd’hui, le Capital Social de la Compagnie qui s’élève à 45,734 millions d’euros entièrement libéré, est détenu à : 65% par les Etats Membres, et 35% par les Compagnies d’Assurances et de Réassurance et des Institutions Financières.
Il convient de noter que les actionnaires de la CICA-RE ont décidé dernièrement d’augmenter le capital social pour le porter à 76,224 millions d’euros par apport en numéraire de 30 millions d’euros sur la période 2018-2020. Au terme de cette opération d’augmentation de capital qui verra l’entrée dans l’actionnariat de nouvelles institutions financières, les Etats membres détiendront 55% du capital.

 

Au plan opérationnel, la CICA-RE dispose actuellement de cinq (05) sites de production qui lui permettent d’assurer une couverture internationale : la zone CIMA et les pays assimilés ; les autres pays d’Afrique hors CIMA ; le reste du monde, notamment l’Asie, le Moyen Orient, l’Amérique Latine.

 

En 2016, la CICA-RE a réalisé un Chiffre d’Affaires global de 58,3 millions d’euros contre 50,60 Millions d’euros en 2015. Les affaires réalisées en Zone CIMA représentent 51% du chiffre d’affaires global, quand celles du reste de l’Afrique et du hors Afrique en représentent respectivement 30% et 19%. Les Cessions légales représentent 23% du chiffre d’affaires global. Le Ratio combiné s’est établi en 2016 à 88% contre 86% en 2015.

La vision de la CICA-RE, vous l’avez compris, est d’

Être le Réassureur Leader de la zone CIMA et un opérateur incontournable sur le continent africain.

C’est pourquoi la mission de la CICA-RE restera durablement implantée dans ce triptyque à savoir :

  • Promouvoir le développement des activités nationales d’Assurances et de Réassurance dans les pays membres ;
  • Favoriser la croissance des capacités de souscription et de rétention nationales, sous régionales et régionales ;
  • Contribuer au développement économique de la zone CIMA en particulier et de l’Afrique en général.

 

Pour atteindre ces objectifs, la CICA-RE s’est dotée d’un Plan Stratégique de Développement 2009-2020 qui s’organise de manière synthétique autour des principaux axes suivants :

  • Renforcement de la surface financière ;
  • Croissance saine du chiffre d’affaires ;
  • Ouverture de nouveaux bureaux à travers l’Afrique ;
  • Optimisation des opérations financières ;
  • Promotion de la bonne gouvernance ;
  • Etablissement des relations durables avec les agences de notation de renom ;
  • Bonne politique de distribution de dividendes ;

 

A l’issue de huit (08) années de mise en oeuvre du Plan Stratégique de Développement, nous pouvons dire aujourd’hui que le Plan se déroule bien, à la grande satisfaction des actionnaires et des partenaires.

En effet, le Plan a dû subir deux révisions successives (2014 et 2018) aux termes desquels le chiffre d’affaires prévisionnel initial 2020 a été porté de 60 millions d’euros à 107 millions d’euros. Des dividendes ont été régulièrement distribués aux actionnaires et la compagnie a pu obtenir un Rating AM BEST B largement influencé, entre autres, par la notation souveraine des Etats membres, rating qu’elle s’emploie à améliorer pour garantir sa crédibilité et soutenir sa quête permanente de l’excellence.

 

Malgré les performances réalisées ces dernières années par certains marchés d’assurances africains et par certains acteurs du secteur, le poids de l’assurance africaine reste très faible dans l’assurance mondiale (environ 1,5%) et le taux de pénétration (l’Afrique du Sud comprise) s’établit à 2,9% contre +8% en Europe du Nord et en Amérique du Nord. En excluant l’Afrique du Sud, le poids se révèle encore plus faible et le taux de pénétration avoisine à peine 1%.

Il va sans dire que les opérateurs du secteur de l’assurance tout métier confondu (assureur, réassureur, intermédiaire d’assurance et de réassurance) ont encore beaucoup à faire pour le développement du secteur.
Et cela passera, nous s’emble-t-il, sans que cette énumération ne soit exhaustive par :

  • La restauration de la confiance dans le secteur en grande partie grâce au règlement rapide des sinistres ;
  • L’amélioration des méthodes de travail sans oublier la prise en compte de la digitalisation qui s’avance à grands pas ;
  • L’avènement d’opérateurs ayant une taille critique pour résister à la concurrence ;
  • Le développement de la micro assurance ;
  • L’amélioration de la règlementation ;
  • Et bien sûr, la stabilité dans les Etats Africains et l’augmentation du pouvoir d’achat des populations.

 

Pour sa part, la CICA-RE prend depuis quelques années des dispositions susceptibles de lui permettre de jouer pleinement sa partition.

A tous nos partenaires et à toutes nos relations d’affaires, à qui nous voulons manifester ici toute notre gratitude pour le soutien constant, nous disons : MERCI, le travail continue !

Jean Baptiste N. KOUAME
Directeur Général